Published On: mar, Déc 13th, 2016

Affaire avion refusé au PAN : Soro Guillaume fait taire les rumeurs

Guillaume Soro a reconnu avoir pu effectuer un déplacement au Maroc grâce à un avion médicalisé envoyé le 21 novembre dernier à Abidjan par le roi Mohammed VI tout en assurant que la présidence ne lui a jamais refusé d’avion pour ce déplacement en particulier et pour d’autres occasions en général.

Le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne a fait cette mise au point au cours d’une conférence de presse qu’il a animé dans sa ville natale ce jour à Ferké à l’occasion de la campagne des législatives comme constaté sur place par KOACI.COM.

«Je ne sais même pas d’où vient cette affaire de refus d’avion au président de l’Assemblée nationale. Une bonne fois pour toutes, le président Ouattara ne m’a jamais refusé un avion. D’ailleurs est-ce que c’est à son niveau que se gèrent ce genre de choses ? Donc le président de la République n’a pas autre chose à gérer en Côte d’Ivoire que de donner ou refuser un avion à Guillaume Soro Rechercher Guillaume Soro ? » s’est il justifié poursuivant: «Comme nous sommes plusieurs responsables au niveau de l’Etat, je peux vous affirmer que le président a donné clairement des instructions pour que le président de l’Assemblée nationale – et cela ne date pas de maintenant, mais de la période où j’étais Premier ministre – ou un président d’une institution demande un avion, on n’a pas besoin d’en référer au président de la République».

Il a par ailleurs expliqué qu’il avait effectivement demandé un avion pour se rendre au Maroc et l’appareil lui a été accordé par le ministre des Affaires présidentielles, Ibrahim Ouattara.

Selon lui, c’est après avoir reçu un coup de fil du roi Mohammad VI vue la gravité de son mal que ce dernier lui a envoyé un avion médicalisé pour qu’il rejoigne Maroc.

«C’est comme cela que lundi, chamboulant tout mon programme j’ai appelé Ibrahim Ouattara pour lui dire d’annuler la réservation de l’avion puisque le roi du Maroc venait de faire décoller un avion médicalisé pour venir me chercher. Voilà comment lundi l’avion est arrivé et que je suis monté pour aller au Maroc» a-t-il précisé.

Guillaume Soro qui avant son affaire de mandat d’amener en France choisissait l’hexagone pour ses besoins médicaux, reste néanmoins convaincu que certains œuvrent pour le mettre en palabre avec le Président de la République.

De retour sur sa campagne de député sortant de Ferkessedougou Rechercher Ferkessedougou a par ailleurs livré les raisons qui l’ont motivé à se représenter.

«J’ai décidé de me porter candidat, pour être député de Ferké, parce que, je pense que c’est quelque chose d’important, non seulement au plan personnel de le faire, mais aussi pour répondre à une sollicitation de mes parents qui par le truchement de plusieurs émissaires, m’ont signifié qu’ils étaient disposés à me reconduire comme député de la circonscription de Ferké commune» a-t-il déclaré.

Celui qui pourrait bien perdre ou laisser sa place de président de l’Assemblée au profit d’un Kablan Duncan soudainement candidat pour la première fois de sa vie, ou autre cadre du PDCI dans la dynamique du partage du pouvoir RHDP, a indiqué que sa candidature est portée par les populations de Ferké, mais, il a voulu qu’elle soit portée par la jeunesse de Ferké.

“Vous avez vu, les jeunes ont cotisé pour payer la caution pour ma candidature. Donc je veux mettre les jeunes au devant pour porter cette candidature. C’est pourquoi, vous verrez qu’il y a une différence avec la campagne de 2011. C’est qu’aujourd’hui, vous avez des volontaires qui sont plus de 500 qui font du porte à porte pour retrouver tous les électeurs, les sensibiliser et les motiver pour aller voter,” a révélé le Président sortant de l’Assemblée nationale.

A l’en croire, Guillaume Soro, plus que favori chez lui face à un candidat du Fpi d’Affi N’Guessan et du PRCI, placera ce mandat sous le sceau du pardon et de la réconciliation, de l’union et de l’unité.

“Je ne serai pas de ceux qui iront pleurnicher, faire la pression au Président Ouattara pour être vice-Président.”

Guillaume Soro affirme par ailleurs ne pas rêver d’occuper le poste Vice-Présidence rappelant que le Président de la République l’a promis au PDCI-RDA.

«Je ne rêve pas au Poste de Vice-Président. Je n’ai jamais non plus pensé que le Président de la République me devait d’office quelque chose. (…) Je suis moi-même suffisamment politique pour savoir que dans le cadre d’un rassemblement et d’une alliance, comme celle du RHDP, comment voulez-vous que moi, je prenne la tête de ceux qui veulent mettre la pression sur le président en sachant qu’il a une alliance, que si le Président qui est du RDR qui est à la tête du pays, que son vice-Président ne soit pas choisi au sein du PDCI. Donc pour moi, c’est suffisamment clair. Mais mieux, le Président de la République et moi-même sommes de la même région, le Tchologo. Il est de Kong à quelques encablures de Ferké Je sais très bien que je ne suis pas le meilleur candidat en l’état actuel des choses pour être Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire» a déclaré Guillaume Soro.

«Le Président de la République le ferait ou si moi-même je suggérais ça au Président de la République, ce serait faire une faute politique. Pourquoi, parce que simplement, après les élections de 2010, le Président avait promis le poste de Premier ministre dans le cadre de la même alliance au PDCI» a-t-il poursuivi.

Selon lui, c’est pour ces raisons qu’il est parti de la primature pour que le Président puisse honorer son engagement vis-à-vis du PDCI.

«Donc c’est pour donner la primature au PDCI que moi j’ai dû libérer le planché, je suis allé à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui dans le cadre de la troisième République, il m’a semblé normal que le poste de Vice-Président soit certainement réserver dans le cadre de l’alliance au PDCI, dans le cadre du Rassemblement du RHDP» a expliqué le Président sortant de l’Assemblée nationale.

Guillaume a insisté qu’il ne rêve pas d’être vice-président mais qu’il est réaliste.

C’est pourquoi, il veut se maintenir au poste de Président de l’Assemblée nationale. «Si on me le redonne, je serai content. Maintenant, c’est Dieu qui décide de tout. Si je suis élu, j’irai voir le Président Ouattara, le Président Bédié, s’ils sont d’accord que je sois le Président de l’Assemblée nationale, je le serai» a-t-il ajouté.

Enfin Guillaume reconnait que dans le cadre des arrangements politiques la vice-présidence ne peut pas lui revenir.

«Moi-même je sais que dans le cadre des arrangements politiques, je vous donne l’assurance que je ne serai pas de ceux qui iront pleurnicher, faire la pression au Président Ouattara pour être vice-Président. Ca ne m’intéresse. Je le dis depuis longtemps, mais les gens ne croient pas. Je n’ai jamais considéré ces postes de Président de l’Assemblée nationale, Premier ministre comme un métier. Ce n’est pas un métier. C’est une fonction. Tu viens, tu sers cinq ans, dix ans tu t’en vas. Je ne rêve pas, je m’en tiens à l’Assemblée nationale.» a-t-il conclu.

 

SOKNEWS.NET

Source

Les + récents