Published On: mer, Juil 13th, 2016

Côte d’Ivoire: Les « microbes » frappent à nouveau, leurs nouvelles cibles

Le phénomène des « microbes », enfants en conflit avec la loi, ne cesse de prendre de l’ampleur malgré l’opération épervier lancée par les forces de l’ordre pour sécuriser la ville d’Abidjan. Leurs nouvelles cibles: les funérailles.

Les personnes qui viennent assister nuitamment aux cérémonies funéraires mercredis, jeudis, vendredis et samedis, à la place CP1 entre la Sicogi et la Semer non loin du lavage et le célèbre espace Ficgayo près de la voie express, sont devenues les nouvelles cibles privilégiées des « microbes ». Pas de funérailles aujourd’hui dans ces deux endroits, sans qu’un cas de vols où d’agressions des jeunes délinquants ne soit signalé.

A la place Ficgayop, les microbes sont aux alentours des différentes bâches se muant en spectateurs, mais à la moindre occasion, dès qu’une personne s’éloigne un peut trop pour assouvir à ses besoins, ils entrent en action.

« Je viens de la seconde bâche où on distille la musique Gouro. Je me dirigeais dans le noir pour uriner, à peine accroupie qu’ils m’ont intimé de leur donner mon sac à main et d’ajouter que si je criais, ils pouvaient me laisser des traces sur le corps avec leurs armes blanches », a confié une  victime en provenance de Marcory, pour assister aux funérailles de sa tante.

Une situation qui devient alarmante pour des personnes qui viennent rendre un dernier hommage à leurs illustres disparus, ne s’imaginant pas qu’elles peuvent être victimes d’une agression à une telle cérémonie.

Pour rappel, les forces de l’ordre ont lancé depuis le 17 Mai une opération « épervier » dans le but de lutter contre ce fléau des microbes qui ne cesse d’endeuiller des familles dans la ville d’Abidjan. Si un  grand nombres d’arrestations ont été faites depuis le début de l’opération « épervier », le problème n’est pas toujours pas résolu pour autant.

machète

homme tenant une machette, image à titre illustratif

SOKNEWS.NET avec KOACI