Published On: jeu, Déc 22nd, 2016

Insolite : Un avion forcé d’atterir à cause d’un hot-spot wifi

Dans le genre champion de la bêtise, on a trouvé le top du top. Aux Etats-Unis, un homme a tout simplement fait l’une des plus mauvaises blagues imaginables en ce moment. Mais avant de vous raconter l’histoire, on vous replace dans le contexte.

Si vous avez suivi l’actualité high-tech, vous n’êtes pas sans savoir que le Galaxy Note 7 a été retiré du marché suite à des problèmes provoquant des explosions du smartphone. Avant même son retrait du marché, de nombreuses compagnies aériennes avaient interdit la présence du smartphone dans les avions.

A lire aussi: Les smartphones Galaxy Note 7 désormais interdit dans les avions

Désormais, le smartphone est sur liste noir dans toutes les compagnies du monde. Il est donc impossible de voyager en avion avec un Galaxy Note 7, les risques d’explosions étant trop grands. Et dans un avion, si ça explose, c’est le crash assuré.

Depuis, Samsung a demandé aux acheteurs du Galaxy Note 7 de le renvoyer pour se faire rembourser. Mais 90% seulement des unités ont été récupérées, quelques irréductibles ont fait le choix de le garder malgré les risques. Mais le smartphone est toujours interdit dans les avions.

A l’approche de Noël, aux Etats-Unis, c’est la débandade dans les aéroports. Les vols intérieurs sont très nombreux, les familles se retrouvant pour fêter l’évènement comme il se doit. Mais cette année, tout ne s’est pas passé tout à fait comme prévu pour tout le monde.

Alors qu’ils s’apprêtaient à rentrer dans un avion pour probablement rejoindre leurs familles à l’autre bout des Etats-Unis, des voyageurs se sont vus refuser l’accès au vol. Dans un premier temps, le vol était annoncé comme retardé, puis complètement annulé.

En cause, un petit malin qui a fait la blague la plus idiote possible : il a renommé son hot-spot Wifi « Galaxy Note 7 ». Ah ah ! Très drôle. Evidemment, les autorités ont pris panique puisque la présence d’un Galaxy Note 7 dans un avion aurait pu avoir des conséquences dramatiques si l’avion avait décollé.

Toujours est-il que le petit malin à l’origine de la mauvaise blague a dû passer un sale quart d’heure avec les autorités américaines. En espérant pour lui que son nom ne soit pas connu des autres passagers.

SOKNEWS.NET

Source

Les + récents